Video : une Saoudienne envoie balader un agent d’la police religieuse


Video : une Saoudienne envoie balader un agent d’la police religieuse

“Ne me cherche pas, mon frere !” Visiblement excedee d’etre importunee en pleine seance de shopping a Riyad, une Saoudienne s’en prend vertement a un membre en police religieuse. Celui-ci lui aurait reclame de se couvrir entierement la figure, alors qu’elle reste deja vetue du niqab traditionnel, qui laisse juste ses yeux et le bas de le nez decouverts. Un badaud a filme la scene.

“Ne me cherche nullement, mon frere !” Visiblement excedee d’etre importunee en haute seance de shopping a Riyad, une Saoudienne s’en prend vertement a un membre d’la police religieuse. Celui-ci lui aurait reclame de se couvrir entierement la figure, alors qu’elle est deja vetue du niqab traditionnel, qui laisse seulement ses yeux et le haut de son nez decouverts. site tsdates Un badaud a filme la scene.

Lorsque le clip commence, la querelle a deja eclate. “Rien dans l’islam n’oblige une femme a se couvrir entierement la figure. Et j’ai deja la moitie du visage recouverte”, lance la cliente au membre une police religieuse, reconnaissable a son foulard rouge et blanc. “Es-tu ici seulement Afin de me provoquer ? J’ai des enfants, et j’dois faire des courses pour eux, alors laisse-moi tranquille”, le mouche-t-elle. Son interlocuteur replique mollement. Pres d’eux, un policier assiste a la scene sans paraitre vouloir s’en meler.

En Arabie Saoudite, les agents du Comite Afin de la publicite d’la vertu et la prevention de ce vice (CPVPV), aussi appelee la “muttawa”, ont pour mission de faire respecter la charia. Ce sont eux qui controlent la fermeture des magasins a l’heure une priere, qui saisissent Les aliments consideres anti-islamiques, comme nos DVD ou les CD de musique occidentale. Ils ont egalement le pouvoir d’arreter les gens au comportement juge indecent.

“La facon de mettre le motocross peut dependre beaucoup des regions”

Mais d’apri?s notre Observateur, Mohammad Alsaeedi, la muttawa est De surcroit et puis mal acceptee par nos jeunes generations.

Bon nombre de jeunes aujourd’hui refuse de se plier a la police religieuse qui surveille les individus, et les force a prier.

Une partie des jeunes jeunes filles ne se couvre nullement la figure. Mais c’est surtout une question culturelle, ainsi, ca depend des regions. A Jeddah ou a Khobar, comme, ca ne pose aucun probleme. A Qatif, la moitie d’entre elles vais garder le visage la figure trouve, aussi celles qui travaillent dans l’administration. Neanmoins, c’est quelque chose qu’elles ne peuvent pas faire dans la province d’al-Qasim, au nord de Riyad.

“Dans cette video, le muttawa a outrepasse ses droits”

Pour Susie, une blogueuse de naissance americaine, mariee a votre Saoudien, et qui vit depuis pres de six annees a Jeddah, le muttawa, que l’on voit intervenir dans le clip, a outrepasse ses droits.

Se voiler la figure reste une pratique culturelle, et n’est certainement pas rendu obligatoire par l’islam. Selon l’islam, les femmes doivent s’habiller “modestement”. L’Islam evoque egalement que les hommes, y compris ceux une police religieuse, doivent baisser le regard quand ils seront en presence d’une soeur dont ils ne semblent nullement un parent. Donc dans votre video, le muttawa reste totalement a cote d’une plaque.

Ennuyer une femme qui porte un voile couvrant la moitie de son visage reste fort rare. Le muttawa fut un idiot et devrait etre vire ; il n’est pas cense se comporter comme ce qui. Depuis des annees, nos Saoudiens semblent ne plus hesiter a se rebeller contre cette categorie d’oppression [l’annee derniere, nous avions deja relate un cas semblable, NDLR].

Les polemiques via l’action d’une police religieuse ne sont gui?re rares. Lundi 23 septembre, jour d’une fete nationale a Riyad, une course-poursuite en voiture impliquant ses agents a coute le quotidien a votre jeune homme et a gravement blesse votre autre. Le clip de la scene, filmee avec un temoin, et publiee sur Twitter avec en legende : “la Commission a tue 2 hommes le jour en fete nationale”, est devenue virale. Le chef en police religieuse, Sheikh Abdullatif Al Sheikh, a admis que votre course-poursuite avait bien eu lieu et qu’une enquete etait en cours.

Article ecrit avec la collaboration de Francois-Damien Bourgery (@FDBourgery), journaliste a FRANCE 24.